Hebra n’est pas un projet imprécis. Nous ne voulons pas fuir la société qui nous est donnée de vivre mais au contraire, la reconstruire depuis la base en éliminant toute oppression et toute inégalité. Cependant, transformer ne veut pas dire oublier, mais plutôt récupérer tout ce que l’humanité a créé de constructif et qui contribue à notre croissance, bien-être ou plaisir, et rejeter tout ce qui est à l’origine des inégalités, de la violence et de la destruction de notre environnement. De nombreuses civilisations, même lorsqu’elles étaient fondées sur un système d’oppression, ont laissé leur empreinte dans le domaine de la culture, des sciences, de la littérature, des arts… La société doit évoluer, l’ère du capitalisme doit prendre fin pour pouvoir ainsi construire un monde nouveau. Toutefois, pour atteindre cet objectif, nous devons tout d’abord sortir du labyrinthe…

Dédale, cousin de Thésée, était un excellent sculpteur, architecte et ingénieur vivant à Athènes. Thésée, quant à lui, était fils d’Égée, roi d’Athènes, et d’Etra, fille du roi de Trézène, où ils habitaient. Peu avant la naissance de Thésée, Égée décida de retourner à Athènes. Avant cela, il laissa son épée et ses sandales sous un grand rocher, prédisant que, plus grand, son fils partirait à Athènes avec elles, et ce serait comme ça que son père le reconnaîtrait. Ce fut ainsi, en effet. Thésée grandit et parcourut un long chemin jusqu’à Athènes au cours duquel il affronta plusieurs géants et monstres qu’il vainquit. Il fut donc considéré comme un grand héros.

Dédale quant à lui possédait de nombreux ateliers dans toute la ville où ses apprentis travaillaient. L’un d’entre eux était son neveu Talo, d’une grande ingéniosité et capable d’inventer des objets et des outils tels que le tour de potier ou la scie imitant une mâchoire de serpent. Dédale était jaloux du succès de Talo. On dit qu’un jour, alors qu’ils travaillaient sur l’Acropole, il le poussa d’un rocher. Dédale fut donc banni d’Athènes et partit avec son fils Icare jusqu’à la ville de Knossos, en Crète, où régnait le roi Minos qui l’accueillit avec tous les honneurs dues à sa grande renommée en tant que sculpteur et ingénieur.

(…)

De l’union entre Pasiphaé et le roi Minos naquit le Minotaure, une bête monstrueuse, mi-homme mi-taureau, qui était nourrie avec de la chair humaine. Son père Minos décida de l’enfermer et demanda à l’architecte Dédale de lui fabriquer un labyrinthe.

Aucune des constructions faites par Dédale n’est devenue aussi célèbre et admirée que le labyrinthe de Knossos, un enchevêtrement inextricable de murs imposants qui occupait plusieurs hectares de terrain. Sa structure était si compliquée que personne n’était capable de retrouver la sortie parmi ses chemins sinueux.

Depuis qu’Athènes avait perdu la guerre, tous les neuf ans, sept filles et sept garçons d’Athènes étaient sacrifiés pour servir de nourriture au Minotaure…

Il est possible d’établir une claire et effrayante analogie entre le labyrinthe de Knossos et celui dans lequel nous nous trouvons actuellement, où nous sommes nés et duquel nous ne pouvons pas nous échapper. On y trouve un monstre qui nous attrape et nous asservi, et qui, pour survivre, dévore des personnes. Le capitalisme ne s’est pas construit en deux jours, il est au contraire le résultat de plusieurs siècles d’affinement d’un système atroce qui soumet des millions de personnes sous son joug pour qu’un petit nombre vive comme des rois. Le capitalisme a évolué et s’est adapté se révélant comme la créature grotesque qu’il est. Il a mis en place d’innombrables réseaux et de rapports de force pour nous empêcher de trouver une voie de sortie.

Jugeant qu’il n’était pas possible de faire endurer ce terrible tribut à son peuple, le fier Thésée décida un jour d’aller tuer le Minotaure. Le problème pour lui était de ressortir du labyrinthe. À peine arrivé en Crète, Ariane, la fille de Minos, tombe amoureuse de lui. Le coup de foudre est réciproque. Thésée explique à son aimée son projet de tuer le Minotaure et Ariane lui propose de l’aider à une condition: qu’il l’emmène avec lui à Athènes pour l’épouser. Thésée accepte et Ariane lui donne une pelote de fil qu’il devait dérouler depuis l’entrée du labyrinthe pour trouver la voie et arriver jusqu’au monstre. Une fois le Minotaure vaincu, il ne lui restait plus qu’à reprendre le fil d’Ariane dans le sens inverse pour retrouver ainsi le chemin de la sortie.

Au delà de l’histoire mythologique de ce conte classique qui réunit des dieux, des rois et des héros, nous pouvons dire que Hebra concentre en elle-même la fantastique symbolique de ce mythe dans lequel, pour s’échapper et abattre l’œuvre la plus maléfique créée par l’être humain, il suffit d’utiliser un simple fil de soie. Hebra n’est qu’un simple fil qui nous aidera à sortir de ce labyrinthe qu’est le capitalisme pour nous amener vers un système libre d’exploitation et de misère. Mais Hebra représente aussi le fil conducteur qui, relié à tant d’autres, constituera un réseau tissé pour abattre cette prison indigne.